Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/oweia/www/www/config/ecran_securite.php on line 283
Un laser, un téléphone et un ordinateur pour battre la (...)

Un laser, un téléphone et un ordinateur pour battre la roulette ?

Le casino au Ritz, qui se trouve sous les pavés de Picadilly, à Londres, dans l’ancienne salle de bal de l’hôtel, se félicite de sa splendeur édouardienne dorée. Les clients qui descendent l’escalier vers la salle principale avant peut-être de se diriger vers la discrète salle privée doivent avoir l’impression d’entrée dans une époque révolue.

Il était donc assez incongru que ces lieux aient été la cible d’une escroquerie de plusieurs millions résolument moderne. Des détectives ont enquêté sur les allégations selon lesquelles un gang a utilisé un scanner laser caché dans un téléphone portable et relié à un ordinateur en vue de battre la roue de la roulette.

Deux hommes et une femme ont pu, parait-il, placer leurs mises dans le secteur que l’ordinateur avait désigné comme étant le secteur où la balle avait le plus de chance de s’immobiliser.

Des sources de Scotland Yard ont décrit hier le cas comme étant « extrêmement complexe ». Des détectives spécialisés du groupe « crime organisé » de Met travaillent dur pour comprendre comment l’arnaque prétendue a pu fonctionner. Cela indique à quel point ce domaine du jeu de hasard n’a pas été testé puisque personne ne peut dire si un délit a été commis ou non. Les lois qui régissent les jeux de hasard datent du milieu du 19è siècle – lorsque la possibilité d’arnaques si sophistiquées n’avait jamais été imaginée.

On pense que les trois suspects, deux Serbes âgés de 38 et 33 ans et une Hongroise de 32 ans, se sont rendus à deux reprises dans le casino au cours du mois. Le premier soir, ils sont repartis avec 100 000£. Ils sont revenus un autre soir et ont désapprouvé l’affirmation d’Albert Einstein – selon laquelle la seule façon de gagner à la roulette consiste à voler l’argent lorsque le croupier ne regarde pas – en ressortant avec 1,2£ millions.

Le casino leur aurait versé 300 000£ en espèces et émis un chèque pour le solde. Mais comme il est de mise lorsque de tels gains se produisent, le casino a revu ses enregistrements de sécurité et a appelé la police.

Scotland Yard a confirmé que lorsque la police a arrêté les trois personnes dans un hôtel, elles étaient en possession d’une « quantité importante d’argent liquide ». Les policiers auraient également confisqué des téléphones portables. Les trois personnes ont été mises en liberté sous caution jusqu’à la fin du mois.

Ciblage de secteur à la roulette

On pense que le succès du gang a pu se fonder sur une théorie appelée le « ciblage du secteur ». La théorie est relativement simple. Un joueur détermine le point de lancement de la balle et le point par lequel elle passe après un ou deux tours. Il peut utiliser ces données pour calculer « l’orbite décroissante » de la balle et donc anticiper le secteur de la roue dans lequel la balle s’immobilisera probablement.

Le système ne peut pas prévoir avec fiabilité la case dans laquelle la balle s’arrêtera probablement mais le fait de déterminer le secteur influence considérablement les probabilités en faveur du joueur. Le problème est qu’il est presque impossible de réaliser ce calcul de tête.

Au début des années 80, un expert en jeu de hasard, Scott Lang, a publié un livre détaillant la façon d’utiliser un chronomètre digital pour calculer le secteur dans lequel la balle s’immobilisera mais les casinos ont tout simplement interdit les chronomètres.
Pendant des années, des rumeurs ont circulé sur le fait que des arnaqueurs avaient réussi à faire du ciblage de secteur une méthode pratique en utilisant des ordinateurs. Les données se rapportant aux deux points sont entrées dans un ordinateur qui a été programmé pour calculer « l’orbite décroissante ».

Dans les conditions de laboratoire, cela a pu être réalisé mais la même opération dans un casino avec des centaines de milliers de livres - et la menace de se faire attraper - est beaucoup plus difficile.

On pense que le gang qui aurait arnaqué le Ritz a davantage développé la théorie en utilisant un scanner laser pour calculer la vitesse de la balle avec plus de précision.
Il leur fallait encore recevoir les informations de l’ordinateur et miser en quelques secondes – une prouesse extraordinaire, qui si elle se révélait être vraie, enverrait une onde de choc dans les maisons de jeux de hasard du monde entier. Mais poursuivre les trois personnes devant un tribunal est un point discutable.

La section 17 de la Loi sur les jeux de hasard de 1845 interdit les « dispositifs illégaux ». Cependant dans des cas précédents, des suspects ont pu se défendre en avançant qu’il n’avait pas interféré avec le jeu mais tout simplement utilisé un système pour gagner.

Le gouvernement est sur le point d’introduire de nouvelles lois sur les jeux de hasard qui, il l’espère, clarifieront ce qui constitue un élément de triche dans les casinos et autres lieux où des jeux de hasard se déroulent.

Mark Griffiths, le seul professeur de jeu de hasard d’Europe, a déclaré : « On utilise des systèmes mathématiques à la roulette depuis des années. Lorsque la technologie s’en mêle, cela augmente les chances. »

Tous les experts ne sont pas convaincus. Tom Kavanagh, secrétaire du Gaming Board (Commission des maisons de jeu) du Royaume Uni, l’organisme de régulation pour les casinos, a affirmé : « Au fil des ans, nous avons entendu parlé de dispositifs intelligents. Je ne peux pas dire que l’un d’eux fonctionne. »

Dans son matériel publicitaire, le Ritz semble encourager les joueurs de roulette ayant un plan, en affirmant que la « Reine des jeux de casino » est « idéalement adaptée aux joueurs ayant un « système » ». Cela s’est peut-être révélé être très vrai.

Comment pourrait fonctionner le plan ?

1 Un scanner laser caché dans un téléphone portable qui mesure la vitesse est dirigé vers une roue de roulette lorsque le croupier la fait tourner.

2 Le laser mesure la vitesse de la balle lorsqu’elle est lancée et lorsqu’elle passe par un second point. « L’orbite décroissante » de la balle peut être calculée.

3 Les deux données sont transmises à un ordinateur, qui détermine l’endroit où la balle a le plus de probabilités de s’immobiliser. Il ne pourra certainement pas prévoir la case mais peut-être le secteur, augmentant ainsi les probabilités de gagner du joueur.

4 La prévision de l’ordinateur est retransmise au téléphone portable. Le pari ou les paris sont placés avant le point limite des trois tours de la roue de la roulette. L’ensemble de l’opération prend deux à trois secondes.